pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Silences Glacials

Auteur :

CACHIA GWENDOLINE

Categories : Thrillers
Date de parution : 07/02/2020

(10 avis)
Silences Glacials

CE ROMAN EST UN MÉLANGE DE GENRES : THRILLER, SCIENCE-FICTION, ROMANCE...
Paru aux éditions Nouvelles Plumes le 14 Novembre 2019. (670 pages)


1

Depuis combien de temps était-il là ? Des jours ? Des semaines ? Plus encore ?
Il se redressa – trop vivement. Une douleur fulgurante lui électrisa le dos. Il y avait bien longtemps que la position assise ne lui convenait plus. Il laissa à son corps un moment pour s’habituer.
Il inspira profondément. Les sifflements provenant de sa gorge et ses poumons, ce n’était pas le pire ! Il s’y était fait, comme au reste.
Il leva la tête vers le seul appareil qu’il s’obligeait à utiliser encore et encore. Son seul lien avec l’extérieur – sa vie d’avant.
Son dernier espoir : entendre sa voix.
Sa dernière mission : dire les même mots… toujours.
Il fallait le faire et pour cela il devait retenir ses pensées alors qu’elles lui échappaient continuellement. C’était son unique moyen de rester dans la réalité et garder le lien.
Ses idées n’étaient pas claires. Il savait encore où il se trouvait, et qui il était, mais pour combien de temps ?
Ses souvenirs s’atténuaient, remplacés par des images lugubres ne lui appartenant pas. Ce qu’il voyait était si dissemblable de ce dont il se rappelait, et son état physique s’était tellement détérioré !
Les couleurs avaient commencé à disparaître, puis sa vision était devenue de moins en moins nette pour ne plus distinguer que des contours indistincts.
À présent, c’était tout à fait différent. À force de volonté, il avait finalement réalisé que la cause de son handicap était la trop forte luminosité. En réalité, il voyait extrêmement bien s’il se trouvait dans la pénombre. Ayant constaté cela, il avait détruit les plus intenses sources de lumière.
Péniblement, il se leva. Il se sentait lourd, raide et gauche dans ce corps métamorphosé. À lui de trouver le moyen de s’en accommoder le temps que la mutation s’achève. Car cela arriverait inexorablement.
Plus personne ne pouvait l’aider. Il était seul et n’attendait aucun secours. Néanmoins, il décrocha le combiné de ce maudit téléphone. Il avait fini par le haïr sans pour autant pouvoir s’empêcher de s’en servir. Maladroitement, il composa le seul numéro lui restant en mémoire.
Il attendit de trop longues secondes pour son corps meurtri n’aspirant plus qu’au repos.
Enfin, au bout de quatre sonneries, comme à chaque fois, l’annonce du répondeur se fit entendre.
— Bonjour, nous sommes absents mais nous pensons à vous, alors laissez votre message et nous vous rappellerons. À bientôt.
La voix qu’il venait d’entendre lui emplit le cœur d’une chaleur incomparable. Ces mots lui faisaient toujours le même effet. Plus il les écoutait, plus il songeait qu’elle ne pensait réellement qu’à lui.
Au bout de quelques secondes, il s’obligea à parler tout en sachant les souffrances que cela lui infligerait. Aucune importance, c’était pour elle.
— Aide-moi, je t’en prie…

et un petit extrait du chapitre 113

113

Diane et Dennis étaient arrivés au milieu de la gigantesque salle.
Tout à coup, la jeune femme ne sut plus où elle se trouvait. Tout ce qui l’entourait l’emplissait d’effroi.
Des sangles en lambeau pendaient à la structure des tables d’examen. Du matériel chirurgical souillé était éparpillé jusque sur le sol. Et tout ce sang !
Partout, de larges traînées d’hémoglobine séchée faisaient penser à des cellules de torture. Des expériences contre nature avaient été menées ici et les cobayes ne pouvaient qu’être humains.
— Dennis…
— Il faut trouver le caisson, assena-t-il afin qu’elle ne se focalise pas sur ces visions d’horreur.
— Que s’est-il passé ici ? murmura-t-elle.
— On s’en fout, on n’est pas là pour ça, il…
— Dennis, le coupa-t-elle froidement, grâce à l’assurance que lui conférait la colère. Dis-moi ce qui est arrivé !
— Diane…
— Quelles étaient les études effectuées dans ce complexe exactement ?
Il ne répondit pas. Une fois de plus, il manquait de courage face à cette femme.
— C’est un laboratoire expérimental, réalisa-t-elle. Pour trouver le virus ! L’arme biologique parfaite. Non répertoriée. Exigée par le gouvernement de notre pays et dont lui seul aurait l’antidote ! C’est ça ?
Il soutint son regard sans rien dire.
— Réponds !
Il ne le fit pas.
Elle lui tourna le dos. Regardant encore l’horreur qu’elle avait devant elle.
— Pourquoi m’a-t-on fait venir ici ? l’interrogea-t-elle tout bas. Je ne suis pas qualifiée pour ça. Je n’ai pas les connaissances qu’il faut. Alors, pourquoi ? demanda-t-elle en se retournant. Pourquoi m’as-tu traînée ici ?
Il serra les dents.
— Y a-t-il une raison pour que je risque ma vie ?
— Oui, répliqua-t-il finalement en retenant son souffle.
Le cœur de Diane manqua un battement.
— Laquelle ? demanda-t-elle, haletante.
Les secondes passaient sans réponse.
— Tu ne me diras rien, c’est ça ?
Non, il ne lui dirait rien. Ce n’était plus à cause des ordres. C’était uniquement pour avoir le sentiment, encore quelques instants, qu’elle lui appartenait toujours. S’il parlait, elle le haïrait et il n’était pas prêt à affronter cela.
Il baissa la tête, refusant de voir l’accusation dans les yeux noirs de sa compagne.
...

 

Commentaires

rabiller delphine
Delphine 83
07/02/2020
le chapitre 1 donne le ton , qui est -il? pourquoi est -il dans cet endroit que l 'on ne connaît pas et pourquoi cet appel au secours?????? le suspens est annoncé......le chapitre 113 nous tient en haleine, cette salle ou se trouve Dennis et Diane paraît indiquée des scènes d'horreur !!!!!!! mais pourquoi sont-ils dans cette salle ????? alors chapitre 113..... oui ne pas paniquer, dans ce roman il y a beaucoup de chapitres courts et beaucoup de dialogues, ce qui nous permet de tourner les pages assez rapidement et pour info le roman ne fait que 670 pages....alors .....à l'attaque ???? pour découvrir le roman de Gwendoline.
Parent Alain
Harley
08/02/2020
De nombreuses interrogations soulèvent l'intérêt à trouver dans les pages suivantes les réponses à ce qui semble être une scène pour le moins morbide. La couverture nous glace également l'esprit. La tension entre les deux protagonistes est palpable. Bon début !
TOPSCHER Nelly
Nelly78114
08/02/2020
Des extraits qui donnent le ton. C'est fluide, plein de suspense. Ça donne envie!
Langlois Sophie
Sophie L2
11/02/2020
Tout, de la couverture aux deux extraits, vous plonge dans une ambiance lourde, pesante. L'angoisse, le doute et en même temps la certitude que le mal et la violence sont parties prenantes de cette histoire. La tension entre l'homme et la femme est évidente et, on peut se poser la même question que la compagne : Pour quelle raison doit-on mettre sa vie en danger ? Il en faut une bonne !
Ngijol Félicité
FKN
13/02/2020
C'est puissant! Et avec les théories qui circulent en ce moment sur les armes biologiques c'est tout à fait d'actualité!
clement Delahay
La Pléiade
17/02/2020
113 chapitres, si l'auteure parvient à nous amener jusqu'au dernier avec le même rythme et un suspens aussi pertinent, cet ouvrage mérite qu'on s'y attarde quelques heures. J'aime assez ce que j'ai lu.
rabiller delphine
Delphine 83
26/02/2020
pour répondre à un commentaire, j ai passé le 113 ème chapitre et pour le moment ce roman est des plus haletant.
Alina Marchand
Bahia
02/03/2020
On est très vite happée par l'interrogation. Qui est cet homme ? Ou est-il ? Que lui est-il arrivé ? Nous n'avons pas d'autre choix que celui de vouloir tourner les pages pour en savoir plus. L'extrait du chapitre 113 nous amène à plus féroce et là se pose la question : Qui du suspens ou de l'hémoglobine tire ce roman ? A la lecture de ces premières lignes, l'auteur semble maitriser avec soin ce qu'il veut dévoiler ou nous faire découvrir et ce qu'il veut taire pour nous engager à aller encore plus loin. J'ai vu qu'il y avait 170 pages, c'est un beau défi. La couverture est assez réussie et les dialogues efficaces.
Isatis Jacques
Isatis
13/03/2020
Couverture inquiétante et suspens sont au rendez-vous dès les premières lignes. Beaucoup d'éléments nous piègent un peu et, je pense indispensable d'en lire plus pour trouver le genre de cet ouvrage. J'avoue que 670 pages, cela m'effraie un peu.
Maresco Francis
Francis N
24/04/2020
La couverture parle et amorce avec justesse les premiers propos. Nous sommes un peu paumés à la lecture des premières lignes du chapitre 1. Les infos du chapitre 113, oui, 113, nous annoncent que beaucoup de choses se sont passées. Quelles sont-elles, je crois qu'il faut lire pour le savoir. Sacré boulot d'écriture !
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !