pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Nature du désir

Auteur :

Castan Erick

Categories : Essais
Date de parution : 27/11/2019

(4 avis)
Nature du désir

Mon essai "Nature du Désir" est partie intégrante du recueil "Entre Désirs & Secrets" publié par les éditions Terhoma. Vous pouvez acheter ce recueil à la page boutique du site www.terhoma.org

Nature du désir

(Essai)

EXTRAIT : 

Qu’est ce que le désir ?

Quand nous désirons, nous anticipons une jouissance possible. Par notre désir nous devinons la nature du plaisir futur. Sous l’action de cette anticipation certains paramètres biologiques de notre corps se modifient (tension artérielle, tension musculaire, taux d’hormones dans le sang etc.) Ces modifications sont ressenties par le corps et l’esprit. C’est ce que l’on appelle des émotions... Plusieurs émotions simultanées constituent un sentiment. Dans le phénomène du désir l’anticipation d’un plaisir à venir déclenche immédiatement un certain nombre d’émotions et de sentiments qui ne sont ressentis normalement que lors de l’avènement effectif du plaisir. Et finalement notre organisme se met à éprouver effectivement et immédiatement ce plaisir mais par anticipation.

Cependant cette jouissance anticipée ne saurait être totale, parce qu'elle ne réside que dans la tête, le reste du corps n’y participe pas vraiment ou incomplètement. Les perceptions tactiles, le toucher par exemple, ne sont pas réellement, physiquement sollicitées. Seules certaines des sensations, émotions et sentiments liés au toucher le sont. La satisfaction que l’on éprouve alors dans le fait de désirer est réelle mais incomplète. Car la réalité du plaisir n’est pas avérée dans tout notre corps, parce que toutes ses composantes émotionnelles ne sont pas présentes. Et la satisfaction que nous éprouvons n’est en réalité qu’une ébauche, une représentation, d’une satisfaction anticipée mais inaccomplie.

Bien plus, par l’anticipation du plaisir, nous jouissons souvent de nos propres fantasmes que nous projetons sur l’objet de notre désir en supposant ce dernier capable de les réaliser. Si par exemple je suis particulièrement sensible à l’altruisme, je vais rechercher et désirer des personnes qui présentent cette qualité ou qui me semblent la posséder. Dans ce dernier cas le désir n’est donc pas objectif. Il construit son objet, du moins en amour, à partir de nos propres fantasmes... C’est ce qu’exprime Stendhal dans sa théorie de la cristallisation. D'après lui nous reconnaissons certaines qualités bien réelles à une personne, mais aussi bien des qualités qu’elle ne possède pas, et qui se "cristallisent" autour de la représentation que l'on s’en fait lorsque l’on tombe amoureux. Il semblerait donc qu'il y ait une volonté inconsciente de se représenter cette personne sous des aspects flatteurs mais irréels, pour justement pouvoir justifier à nos propres yeux d’en tomber amoureux. Et l’on peut se dire alors :"oui, je veux aimer cette personne, c'est justifié !». C’est aussi ce qu’exprime Proust quand il écrit ne pas comprendre comment il avait pu tomber amoureux d’une femme « qui n’était même pas son genre ». Il y a aussi des gens comme Spinoza pour penser que "ce n'est pas parce que l'on trouve une chose bonne qu'on la désire, mais c'est parce que on la désire qu'on la trouve bonne".

En quelque sorte, le désir se construirait lui même son objet de désir, en le privant d’une certaine véracité, d’un certain rapport à la réalité. Le désir précèderait donc l’objet de désir puisqu’il le construit en partie, du moins en amour ? Mais pour le précéder il faudrait donc qu’il ait déjà existé avant son objet de désir, ce qui est bien sûr impossible. Le désir apparaîtrait donc plutôt, comme naissant et se développant en même temps que son propre objet qu’il élabore lui même par une construction fantasmatique. Les notions d’objet de désir et de désir sont donc concomitantes et simultanées.

Commentaires

Théri Stéphane
Erick vous propose, avec pudeur et force de conviction, son essai « La nature du désir ». Issu de ses réflexions personnelles, cet essai vous invite à réfléchir, comme Erick l’a fait, sur l’importance que peut avoir le désir dans votre quotidien et dans le long chemin que représente une vie. Les lignes qui vont suivre mettent en lumière des situations, des ressentis, des émotions que chacun d’entre nous a forcément rencontré au moins une fois dans sa vie. Réflexion, interrogations et identification seront certainement au rendez-vous après la lecture de ce voyage ou la conscience se mêle souvent à l’inconscient pour peut-être vous dévoiler ce qui très souvent guide notre attitude et nos réactions face au désir.
BLANC Déborah
Déborah Blanc
28/11/2019
La description du phénomène du désir, de sa naissance, de ses actions et réactions sur notre corps et notre esprit est très perspicace. Cette analyse est intéressante mais à mon avis elle omet un élément crucial déclencheur du désir : l'ego. (mais peut-être en parlez-vous plus loin, s'agissant d'un extrait ?)Dans la philosophie bouddhiste, le désir est perçu comme une pierre d'achoppement à l'éveil. Bouddha a dit : "une conscience troublée par le désir ne peut se libérer". Et cela est vrai. Lorsque notre désir est avorté, lorsque l'échec arrive, cela nous plonge inexorablement dans un cycle d'émotions négatives et d'insatisfaction. Finalement, cette mécanique du désir nous dessert plus souvent qu'elle ne nous satisfait. Et quand elle le fait, est-ce vraiment nous qui sommes nourris ou notre ego ?
Daloin Bertille
Bertille
18/12/2019
Oui, le désir est forcement source de troubles. Plus il est fort et plus il doit être difficile à contenir, à maîtriser. Je crois avoir rencontré ce sentiment d'impuissance par rapport à une aventure d'adultère qui me revient en mémoire. Mon désir pour cet homme marié m'empêchait à l'époque de mesurer réellement la profondeur de mes sentiments. Le simple fait de ne pas pouvoir disposer de ce compagnon le week-end me rendait folle. Quelques années après, je me suis pas mal moqué de moi et de ce désir qui ne correspondait en rien à ce que j'attends d'une relation amoureuse, la sérénité et la confiance.
Alina Marchand
Bahia
02/03/2020
Beaucoup d'objets de réflexion dans ce début d'essai. Il nous faudrait toutes et tous vraiment nous poser comme l'auteur pour revisiter nos émotions et les attitudes générées par celles-ci, pour découvrir les mutations orchestrées par le désir sur notre personne. Très intéressant.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !