pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Le Café des Délices - De respirer, j'ai arrêté

Auteur :

Linda Da Silva - Ma Nouvelle Plume

Categories : Romans
Date de parution : 09/03/2021

Extrait
(2 avis)
Couverture
Le Café des Délices - De respirer, j'ai arrêté

Printemps 1988. Il fait une chaleur insoutenable en ce matin du mois de mai, impossible de lever les yeux au ciel et de fixer le soleil, tellement sa lumière est aveuglante. À n’en pas douter, l’été sera torride. Heureusement, les magasins sont climatisés, rester à l’extérieur plus de cinq minutes relève de l’impossible. Cela fait longtemps que les températures n’avaient pas été aussi élevées, il fait au moins quarante degrés.
Betty et sa fille Eloïse, huit ans, arpentent les rues de la capitale parisienne dans cette fournaise. Elle avait promis à sa petite de l’emmener dans les magasins, sinon elle ne se serait jamais aventurée hors de son appartement aujourd’hui. Eloïse adore venir dans les centres commerciaux. Pour elle, cette balade est synonyme de plaisir et d’enchantement, tant il y a de merveilleuses choses à contempler. Betty se passe la main dans les cheveux afin de relever une mèche tombée sur son visage. Ils sont tellement mouillés qu’elle décide finalement de laisser sa mèche et s’essuie les mains sur sa jupe, qui lui colle à la peau. Sur le chemin, elle contemple des enfants qui s’arrosent avec un tuyau, en se disant qu’elle aimerait bien se trouver à leur place.
Elles arrivent enfin au centre commercial, Eloïse sent l’excitation monter en elle. Elles se promènent dans les allées évidemment bondées, compte tenu de la chaleur extérieure, à la recherche d’une robe et de chaussures pour Eloïse. Elles entrent dans un magasin, la fillette essaie différentes robes et plusieurs paires de sandales, des roses, des bleues, et même des jaunes ! Elles continuent à circuler dans le magasin, mais l’enfant court entre les allées.      
— Elo, reviens ici ! Je ne te vois plus, crie Betty paniquée en cherchant Eloïse du regard.
— Je suis là, Maman ! répond-elle en dévoilant sa tête derrière un rayon.      
Betty est exaspérée, cette journée est vraiment trop fatigante avec cette chaleur. Elle n’est pas prête à passer son après-midi à courir après Eloïse. Elle la prend par le bras.      
— Reste près de moi s’il te plaît, il y a beaucoup de monde et je ne veux pas te chercher toutes les deux minutes. Je meurs de chaud même avec cette climatisation, et je ne veux pas en plus transpirer en courant partout.
— Mais Maman…
— Pas de mais, tu restes près de moi, point final. Pas de discussion ! s’énerve Betty en s’essuyant le visage avec un mouchoir.      
Elles arrivent dans un supermarché, Betty doit faire quelques courses pour le dîner de ce soir. Le regard d’Eloïse est immédiatement attiré par un espace jeux installé à l’entrée du supermarché. Elle demande à sa mère si elle peut y jouer pendant qu’elle fait ses courses. Après une courte hésitation, Betty réalise qu’elle pourra faire ses petites emplettes plus tranquillement et rapidement sans sa fille, elle se résigne à la laisser s’amuser.      
— Tu ne bouges pas d’ici, je reviens dans cinq minutes d’accord ? insiste Betty en bougeant son doigt devant les yeux d’Eloïse.
— Oui Maman, promis, répond-elle en levant sa main droite.

 

Betty n’a plus jamais revu Eloïse…

Commentaires

MAGDELAINE Emmanuelle
Manoue
16/03/2021
.E
.C
Vous êtes venu(e)s dans ce café et vous avez craqué pour ces délicieux plats faits maison et l'ambiance chaleureuse. OUi oui vous êtes bien restez, invitez et partagez un bon repas entre amis.
Robsart Amy
Amy
17/03/2021
.E
.C
Des scènes banales de la vie quotidienne amenées avec légèreté et une touche de simplicité.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !