pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

La croix est la clé de tout

Auteur :

Nelly78114

Categories : Thrillers
Date de parution : 06/01/2022

Extrait
(0 avis)
La croix est la clé de tout

Chapitre 1

De nos jours

 

Une grosse bourrasque de vent accueillit la sortie du cercueil en chêne, porté par le personnel des pompes funèbres. La famille et les amis du défunt s’égrenèrent chacun de leur côté pour prendre le chemin du cimetière, situé à quelques kilomètres. Dernière sortie, Roxane resta un long moment sur le parvis de l’église. Elle regarda s’éloigner le véhicule qui transportait le cercueil. Son ami partait vers sa dernière demeure. La jeune femme secoua la tête et froissa le mouchoir qu’elle tenait dans la main. Elle avait beaucoup pleuré dans cette église lors de l’office émouvant.

— Fred, c’est quoi ce bordel ? murmura-t-elle pour elle-même.

Elle retrouva sa voiture et ne tarda pas à rejoindre le cimetière. Elle arriva dernière et croisa le regard inquiet des enfants du défunt. Elle les rassura d’un sourire. Elle était là, ils pouvaient être tranquilles. Elle avait toujours été là, présente dans leur vie depuis sa rencontre avec leur père, des années auparavant. Elle fixa ensuite la compagne de Frédéric qui parut elle aussi soulagée de la voir. L’amie discrète avait pris une place importante dans leur existence, et encore plus depuis quelques jours. Depuis la nouvelle de l’accident qui avait coûté la vie à son ami, Roxane était devenue comme la bouée de sauvetage de la famille de Frédéric.

 Le regard bleu de Roxane fut attiré par le trou et le monceau de terre qui ne tarderait pas à ensevelir la sépulture. D’instinct, elle s’éloigna un peu. Elle n’était qu’une amie et préférait rester à l’écart, comme à l’église. Elle ressentait surtout le besoin d’observer l’assistance. Les collègues, d’abord, qu’elles connaissaient puisque c’étaient aussi les siens. Frédéric était apprécié de tout le monde dans son entreprise. Ensuite, les amis du couple ou de Frédéric. Roxane n’en connaissait que quelques-uns. Il y avait beaucoup de têtes inconnues. Famille, amis, collègues : tous étaient là pour Frédéric.

Les fossoyeurs descendirent lentement le cercueil dans le trou. Roxane frissonna. Elle commençait à réaliser qu’elle ne reverrait plus Frédéric. Des larmes débordèrent de leur lit, qu’elle essuya rapidement. Elle détestait se montrer faible. Elle savait que personne ne lui en tiendrait rigueur mais elle refusait toute effusion qui ne lui ressemblait pas.

Le regard de la jeune femme accrocha la silhouette d’un homme qui se tenait près de la fille de Frédéric. Amélie avait la main sur son ventre bien rebondi. La liesse de la future naissance était bien loin. Roxane ne put s’empêcher de sourire en repensant à ce moment où Frédéric lui avait annoncé la nouvelle. Il avait eu du mal à admettre qu’il allait prendre du galon à seulement cinquante-cinq ans. Roxane laissa échapper un soupir en repensant à ces moments joyeux. À nouveau, elle laissa son regard trainer sur l’assistance. Elle secoua la tête de droite à gauche. 

Elle n’arrivait pas croire ce qu’elle était en train de vivre. Suivant le mouvement, elle s’approcha du trou et fixa le cercueil. Elle attendit son tour pour lâcher la rose rouge qu’elle avait attrapée dans le petit panier posé à terre. La fleur échoua sur la sépulture contenant son ami. Une conversation avec Frédéric lui revint en mémoire, presque par magie. Roxane sentit un frisson remonter dans sa colonne vertébrale. Elle s’éloigna à nouveau et regarda la foule présenter ses condoléances à la famille.

— Frédéric, ce n’est pas ce que tu aurais voulu, pensa-t-elle.

Une femme s’approcha d’elle. Roxane fronça les sourcils. Elle détailla cette femme d’une trentaine d’années qui lui était totalement inconnue. Les traits de cette dame en noir aux longs cheveux bruns étaient parfaits. Il émanait d’elle une aura et une beauté rarement rencontrée

. — Il va nous manquer, commença la belle brune. — Il ne peut pas être mort. — Il l’est, pourtant. Vous allez bien devoir vous y résoudre, ma chère.

La femme dépassa Roxane avant qu’elle ne puisse répondre et partit sans un bruit. Cette dernière se retourna et la dame en noir avait disparu.

— Tu viens à la maison ? Roxane sursauta à la voix de la compagne du défunt et elle pivota vers elle. — Je vais te laisser avec les enfants. Je vais rentrer mais je viens demain, d’accord ? J’ai aussi besoin de m’isoler un peu.

 — Je comprends.

— Je peux te poser une question, Claudine ?

Les deux enfants de Frédéric rejoignirent leur mère.

— Bien sûr, que veux-tu savoir ?

— C’est vous qui avait décidé de tout pour cet enterrement ?

— Frédéric, un soir, m’a fait part de ses volontés. Je les ai respectées.

— À croire qu’il savait qu’il ne vivrait plus longtemps, lança Cédric, le fils de vingt ans.

— Tais-toi ! gronda Amélie, sa sœur.

— Stop, c’est pas le moment, les calma aussitôt Roxane.

Les deux opinèrent du chef instantanément. Claudine sourit avec gratitude. Elle n’avait pas le courage de canaliser une querelle entre ses enfants pourtant adultes.

— Tu viens ? quémanda Amélie.

— J’ai besoin de rentrer. Je t’envoie un message ce soir. Amélie n’insista pas. Elle savait que le moment s’avérait éprouvant aussi pour l’amie de son père. Roxane les regarda partir et, une fois seule, revint vers le trou que les fossoyeurs remplissaient de terre.

— Je vais trouver ce qu’il s’est passé, je te le promets, fit-elle.

Elle esquissa un petit sourire lorsque ses yeux se posèrent sur la gerbe en forme de croix qu’elle avait commandée pour cette funeste occasion. Elle savait que de là où il était, Frédéric aurait apprécié le clin d’œil.  Peu après, une vague de fatigue la submergea et elle ne tarda pas à rentrer chez elle. Frédéric occupa toutes ses pensées et Roxane revécut leur histoire.

Commentaires

il y a actuellement aucun commentaire !
Soyez l'un des premiers à poster un commentaire

Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !