pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka

Derrière le masque

Auteur :

Licora L

Categories : Romans
Date de parution : 19/08/2020

Extrait
(9 avis)
Couverture
Derrière le masque

Ma respiration se calque sur la sienne, rapide, fiévreuse. Sa main écarte mes cheveux derrière les oreilles, tandis que ses yeux me dévisagent avec une force qui me bouleverse, m’ôte toute résistance. Quand il m’embrasse, un mélange de passion et de tendresse se déchaîne dans mon corps. Une envie de plus. Beaucoup plus. Sa langue se fraye un chemin sans difficulté jusqu’à la mienne. Ensemble, elles entament une danse sensuelle, celle qui mène vers un état second, comme une drogue. 
Ses doigts se faufilent sous mon chemisier, je tressaille. Un à un, il en défait chaque bouton, avec une lenteur qui m’angoisse autant que ça m’excite. Je tremble lorsque sa peau frôle celle de mes épaules. Me voilà en soutien-gorge face à un homme au regard à la fois étincelant et impénétrable. Rivé sur le haut de mon anatomie, il semble plongé en pleine réflexion. Je baisse les yeux pour y découvrir les traces d’une vie merdique, d’une violence encore ancrée, comme marquée au fer rouge. Mes paupières me piquent, mais ma fierté m’empêche de me laisser aller. Les douleurs sont mes dernières barrières. Elles me permettent de garder la tête haute, d’avoir une raison d’en vouloir au monde entier, de ne pas m’attacher. Sauf qu’aujourd’hui, mises à jour, elles se fragilisent. 
Éros me retourne pour que je me retrouve face au miroir. Chose que j’évite de faire quand je suis nue. C’est un supplice de voir à quel point mon corps n’est qu’un délabrement. Je ferme les yeux, refusant cette torture. Il passe alors ses mains sous la ceinture de mon pantalon, le fait glisser le long de mes jambes en caressant ma peau sur son passage. J’arrête de respirer, prise entre l’envie de fuir, et celle de me réfugier dans ses bras. 
— Regarde-toi dans la glace, me souffle une voix chaude dans l’oreille. 
En ouvrant les yeux, je suis prise de vertiges. Heureusement qu’Éros se trouve derrière moi pour me soutenir, sans quoi, je serai déjà au sol. Je suis du regard son doigt, qui détaille avec peine chaque hématome qui noirci ma peau, ne laissant que peu d’espace à sa couleur naturelle. Je lutte chaque seconde pour affronter tout ça en face. Ma vue se voile de larmes que je ne peux plus retenir. Une goutte s’échappe, suivie d’une seconde, que j’efface d’un revers de la main. J’aperçois à côté de moi une serviette, que j’attrape pour me couvrir. Être dans cet état est déjà difficilement supportable, mais savoir qu’Éros m’observe à travers le miroir, je ne peux pas. Je refuse d’y voir de la pitié ou du dégoût. Ça m’anéantirai. 
— Oh non, mia bella, ne te cache pas de moi. 
Il m’arrache le bout de tissu des mains, son corps me bloque, m’oblige à me confronter à mon cauchemar. 
— Pourquoi est-ce que tu fais ça ? sangloté-je.
— Parce que je veux que tu vois, ce que moi je vois.
Ses yeux captent les miens dans notre reflet. Ils sont brillants, ne semblent pas porter de jugement. La compassion se lit sur son visage. Mes lèvres tremblent, tandis que je sens que mes limites sont atteintes.
— Craque si tu en as besoin. Je suis là, pour te soutenir. 
Son timbre de voix, avec son accent italien, m’achève. Toutes mes barrières, les dernières qui me protégeaient, tombent, les unes après les autres. De ses bras puissants, Éros me retient, me réchauffe, m’évite de sombrer encore plus bas. Je ne suis plus rien, autre qu’une femme brisée et vulnérable, quand je rêvais d’être invincible. De faire de mes fêlures une force indestructible. Il a fallu que je tombe sur lui, homme aux différents masques, pour tout remettre en cause. 
Et maintenant, qu’est-ce que je vais devenir ?

 

Commentaires

Levy Nicolas
Sedona
22/08/2020
.E
.C
C'est bien écrit. Les ressentis sont habilement exprimés. Les mots induisent et génèrent assez rapidement des images.
TOPSCHER Nelly
Nelly78114
22/08/2020
.E
.C
Une collègue de Maison d'édition hyper talentueuses dans le descriptif des émotions. La plume est fluide et très visuelle. Et la couverture somptueuses laisse libre cours à des tas d'hypothèses. Bienvenue ici Coralie.
Dubois Clément
Un été 42
22/08/2020
.E
.C
Pas mal du tout et différent des autres livres présentés ici. Le tout est facile à lire et bien écrit.
Maréchal Rémy
Rémy M
22/08/2020
.E
.C
L'atmosphère intimiste se dévoile à nos yeux dès les premières lignes. Le vocabulaire pose avec justesse le sensoriel et les ressentis.
Parent Alain
Harley
23/08/2020
.E
.C
Le style respecte bien le genre. La lecture est facile et draine assez facilement des images de la scène qui se déroule. La couverture est évocatrice. Agréable temps de lecture mais texte à mon gout, un peu court.
rabiller delphine
Delphine 83
24/08/2020
.E
.C
bienvenue coralie sur pas vu pas lu. extrait accrocheur un petit peu court à mon goût. on a de suite envie d 'en savoir plus sur ces blessures, qui est éros pour cette femme et oui que va t'elle devenir ??? l'extrait est très visuel, facile à lire bravo vous m'avez emporter. la couverture interroge quand à son contenu.
Préjean Maurice
Le bookmark
28/08/2020
.E
.C
Rafraichissant. L'écriture est fluide et la lecture de ces quelques lignes, facile. Le texte évoque très aisément des images. Il y a également un début d'approche psychologique qui interroge sur la quête de cette femme.
clement Delahay
La Pléiade
31/08/2020
.E
.C
L'extrait est bien écrit, un peu court mais avec des mots aux couleurs chaudes et en harmonie avec l'action. Il est vrai qu'une amorce psychologique est posée sur le pourquoi de la relation de cette femme avec Eros. Cette femme semble avoir jeté son corps au diable et ensuite se demander pourquoi. Il faut lire certainement la suite pour comprendre. Bien écrit !
Martineau Martin
Le Biblio Gus
13/09/2020
.E
.C
Erotisme et introspection se posent sous nos yeux de lecteurs, traversés par l'intensité des émotions de cette femme.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !