pas vu, pas lu

Le marque-page des nouveaux talents ! Inscription / Connexion
"Toute littérature est assaut contre la frontière." Franz Kafka
Interviews
Stéphane Théri

Co-fondateur de la plateforme www.p...

INFORMATIONS

Président Association Terhoma

Co-fondateur de la plateforme pasvupaslu.com 

Auteur, Scénariste, Dialoguiste

Animateur Ateliers d'écriture

Formateur/ Consultant en Stratégie, Marketing, Communication

COMPLEMENTS

Ces propos ont été recueillis par Phil Les,

Phil Less, Auteur, est inscrit sur la plateforme avec la nouvelle : "Une affaire de classe " dont vous pouvez lire un extrait en suivant le lien ci-dessous :

Extrait : Une affaire de classe 

Une nouvelle saisissante par son propos !

Pourquoi avoir créé une plateforme payante comme Pas vu, Pas lu quand il existe de nombreuses plateformes gratuites ?
J'ai bientôt 57 ans et la gratuité, je l'ai très peu souvent rencontrée. Lorsque nous avons décidé de créer la plateforme, nous nous sommes dit qu'elle pouvait à terme prouver sa différence et surtout son utilité, si elle était partie intégrante d'un système d'émergence de nouveaux talents. Ainsi, l'association Terhoma a d'abord lancé ses ateliers d'écriture. Genèse et 1ère étape de ce projet , Les ateliers permettent de découvrir de nouveaux talents et accompagner des auteurs vers une première édition. Certes, une édition modeste mais qui offre la possibilité de voir son 1er ouvrage publié au format papier, réponse au désir le plus grand de tous les auteurs en herbe.
Qu'est-ce que le projet Pas Vu, Pas Lu ? Comment s'inscrit la plate-forme Pas Vu, Pas Lu dans ce projet ?
Elle est une suite logique. Une fois éditée, publiée, un ouvrage a besoin de visibilité; La plateforme permet d'afficher n'importe quel ouvrage, auto-édité, premier roman, nouvelle, essai, polar, thriller déjà édité ou à la recherche d'un éditeur. Pour un auteur, c'est donc la possibilité de confronter ses premiers écrits aux critiques des lecteurs inscrits et d'acquérir de la visibilité; elle offre également un contact direct avec les lecteurs. Le fonctionnement est simple. Un système de calcul positionne chaque ouvrage en fonction du nombre de lectures et de la note moyenne attribuée par chaque lecteur. Un classement se fait. C'est efficace puisque CE SONT LES LECTEURS qui permettent aux auteurs d'émerger et non du marketing ou de la communication. Mais, la plateforme en elle-même ne suffit pas. Il lui faut d'autres outils pour accompagner les nouveaux auteurs.
Pourquoi la plateforme est-elle payante ?
L'association Terhoma est une toute petite étoile dans l'immensité que représente le monde du livre. Nous existons sans subventions et pour le moment sans mécène. Le développement de la plateforme représente un cout. Voilà une raison. Mais ce n'est pas tout. Déverser son livre sur toutes les plateformes gratuites, c'est le noyer parmi des milliers d'autres. Je le sais parce que je l'ai fait pour mettre en avant mon 1er ouvrage. Cela n'apporte pas de solution miracle. Ensuite, vous avez sur tous les supports gratuits des articles ou chroniques de complaisance et pour certaines plateformes que je ne citerais pas ( on ne grandi pas à diminuer les autres) se cachent derrière 2,3, 5, 10 profils souvent la même personne. Je le sais, parce que je l'ai fait pour mettre en avant mon 1er ouvrage. Payer, c'est participer à la construction d'un outil commun de mise en avant et apporter sa pierre à un projet beaucoup plus vaste.
Très bien, mais où l'auteur doit-il trouver une différence, un plus dans le fait de payer ?
L'auteur doit investir 5€ par mois pour faire sa promotion, c'est peu, quand on connait la jungle qui l'attend pour se mettre en avant. Fermez les yeux et imaginez le nombre de livres présents sur AMAZON. Ne cherchez pas, voilà la réponse : 800 000 références de livres papier sont disponibles sur Amazon dont 625 000 en langue française. Ajoutez le numérique et si cela ne vous donne pas le vertige, moi, ça me le donne. Sur Pas Vu, Pas Lu, un ouvrage et un auteur ne se retrouverons jamais dans ce brouillard. En quelques clics, son profil apparait. De plus, il trouvera pour chaque profil lecteur, un payeur donc un vrai profil. Que représente 60€ d'investissement dans la vie d'un auteur ? Moi, je suis intimement persuadé que cela ne représente pas grand chose. Si je vous disais ce que la création de cette plateforme me coute à titre personnel et à toute la famille qui se serre la ceinture, vous verriez que nous sommes très loin des 60€. Enfin, les auteurs en herbe rêvent bien souvent, je le sais parce que je l'ai fait, d'être publié chez une grosse maison d'édition et oublient ou ignorent que des grands noms de la littérature ont galère ou se sont auto-édités comme par exemple Balzac, avant de trouver un éditeur et leur lectorat. Le monde et le marché du livre demandent à un auteur de s'inscrire dans la durée ou alors de se nommer Gontran la chance. Pour être plus clair, les auteurs de la plateforme ont immédiatement plus de visibilité que nulle part ailleurs. Et plus nous avançons, plus le nombre de visiteurs augmente. Voilà notre différence. Elle est colossale et ce n'est pas tout ! Là encore, nous ne sommes qu'à la deuxième étape du projet Pas Vu, Pas Lu.
Quelles sont les étapes suivantes ?
Plus vite nous avançons, plus vite nous développons de nouveaux outils. Nous travaillons actuellement sur les deux prochaines étapes qui sont : La création et le lancement du Magazine Pas Vu, Pas Lu & La création du Festival Pas Vu, Pas Lu. Le Magazine Pas Vu, Pas Lu sera entièrement dédié à l'émergence littéraire. La sortie du numéro 1 est prévue pour le printemps. Nous présenterons, dans chaque numéro, 8 nouveaux auteurs présents sur la plateforme. Nous donnerons également la parole aux lecteurs de la plate-forme. Il y aura en plus des conseils, astuces, chroniques, interviews de personnalités désireuses de parler de leur rapport aux livres et de leur quête de nouveaux auteurs. Le Festival donnera quant à lui la visibilité à 200 nouveaux auteurs et rendra aux livres toute la vie qu'ils recèlent. Nous travaillons au lancement de la 1ère 'édition pour cette année.
Quels sont vos moyens pour engager tous ces chantiers ?
Nos moyens sont modestes mais nous essayons d'en tirer le maximum. Ainsi, chaque inscription, c'est une pierre de plus à l'édifice et là où le projet devrait intéresser le plus grand nombre, c'est dans la forme de son développement. Nous allons créer une SAS pour le Festival et le Magazine dont tous les acteurs ( auteurs et lecteurs) de la plateforme pourront devenir actionnaires. Ainsi, tout le monde et surtout les plus motivés pourront apporter du grain à moudre et, en mode collaboratif , faire avancer le projet pas Vu, Pas Lu qui ne s'arrête pas là.
Qu'est-ce qui vous permet de croire dans le succès de ce projet ?
L'évolution de la courbe des visiteurs. Les pages de la plateforme sont de plus en plus visitées. Même si les inscription sont encore timides, le nombre de visites galope. Ainsi, nous sommes passées en 2019 de 150 pages visitées en juin à environ 60.000 pages. En janvier et février de cette année, le nombre de visites mensuelles trouve un coefficient de 9,5, c'est énorme ! Le Magazine et le Festival vont indéniablement, comme le nombre croissant d'inscrits, favoriser le nombre de visites et donner à la plateforme, aux auteurs et aux lecteurs la visibilité méritée. Je rappelle que la plateforme a été mise en ligne par l'association Terhoma qui ne fait donc pas de bénéfice.
Si je dis que la plateforme est un tremplin, suis-je dans le vrai ?
Oui, complètement et je suis heureux de vous compter parmi les premiers membres. Ensuite, c'est tout l'objet de Pas Vu, Pas Lu, une fois votre visibilité et celle de votre ouvrage effectives, ce sont les lecteurs qui donneront le la. Parce que, vous pouvez remuer le problème dans tous les sens, aucune maison d'édition et aucun groupement de libraires ne peut absorber 175.000 livres par an. C'est, je crois, le nombre d'ouvrages enregistrés chaque année. Il faut reprendre au marketing ce qu'il a volé aux lecteurs : la diversité et une plus grande émergence de nouveaux talents. Seuls les lecteurs et leur nombre permettront une plus grande émergence parce qu'il est impossible pour un libraire ou une maison d'édition d'absorber autant de livres. Auteurs et lecteurs sont les garants d'un marché du livre plus vivant et plus fort en diversité.
Un mot pour conclure !
Oui, je dirais ceci : D’abord merci aux premiers inscrits qu’il soient auteurs ou lecteurs. Ils sont formidables et dynamiques. Ensuite, que ceux qui aime Pas Vu, Pas Lu, prennent le train. Que celles et ceux qui espèrent un jour trouver un éditeur pour investir sur eux commencent à investir pour eux-même. " Aide-toi, le ciel t'aidera" comme dit si bien ce vieil adage.
Nous contacter !
www.pasvupaslu.com Le marque-page des nouveaux talents !